tendances-gourmandes

Autour des métiers de bouche : comment devenir vigneron ?

La viticulture est un domaine qui suscite l’intérêt de nombreuses personnes. Pour devenir vigneron, il faut s’armer de patience, mais la rigueur ne doit pas être en reste. Certains songent carrément à y faire carrière ou à créer leur entreprise. D’autres pensent même à acheter un vignoble. Tout d’abord, la première question à se poser est, : comment devenir vigneron ? Quelles sont les étapes ?

Un vigneron, c’est quoi ?

Le vigneron cultive le raisin et le transforme en champagne, vin ou l’un des deux. Il ne faut pas confondre le viticulteur et le vigneron, car ce sont deux métiers différents. Il ne s’agit donc pas de synonyme.

Le viticulteur est chargé de cultiver le raisin et le viniculteur récupère le raisin en question pour en faire du vin. Le vigneron pour sa part cultive le raisin afin d’en faire du vin. Il ne lui reste plus qu’à le commercialiser. Pour devenir vigneron, il faut voir chaque facette du métier.

Le vigneron cherche différentes plateformes pour gagner en clients. Néanmoins, il lui est loisible de vendre sa culture sur internet ou dans son magasin. De nombreux experts créent de beaux sites web pour vanter leurs vins de qualité.

Quels diplômes pour devenir vigneron ?

Si vous voulez devenir vigneron, vous devez débuter une formation initiale pour cerner les méthodes vinicoles et viticoles. Vous pouvez faire un CAP « vigne et vin ». Sinon, vous pouvez opter pour un BPA. Vous avez encore la possibilité de poursuivre jusqu’à l’obtention du Master en sciences de la vigne et du vin.

Ceux qui aimeraient se reconvertir peuvent faire un BPREA « vigne et vin ». Certains décident juste de faire un stage d’observation auprès d’un vigneron expert. Toutefois, vous n’êtes donc pas éligible aux aides de l’Etat.

Quelles sont les démarches administratives ?

Vous pouvez créer une société agricole à votre propre nom. En optant pour une Société Civile d’Exploitation Agricole (SCEA), vous n’avez pas de capital social minimum, mais il faut se lancer à plusieurs.

Si vous choisissez le GAEC, il faut investir un certain capital et se lancer à deux (avec un maximum de 10 associés).

L’EARL nécessite un capital social assez important, mais vous avez l’avantage de pouvoir vous lancer seul.

La SEP ne requiert aucun capital non plus à condition de se lancer à 2.

En matière de démarches, sachez que vous devez d’abord vous rapprocher du centre de formalité des entreprises pour obtenir les numéros SIREN et SIRET. Ensuite, il convient de s’affilier à la MSA ou « sécurité sociale agricole ».

Il convient aussi de se manifester auprès de l’administration fiscale.

 

Quitter la version mobile